Sélectionner la langue
  • Italiano
  • English
  • Deutsch
  • Español
  • Français
Le panier est vide
close

De la route au Gravel : face à face avec Nathan Haas

12 mai 2022
De la route au Gravel : face à face avec Nathan Haas

L’ancien champion de cyclisme sur route s’est lancé sur la voie du gravel en 2022. Campagnolo échange une conversation avec l’athlète australien pour parler de nouveaux horizons, de parcours spectaculaires et de podcasts.

Nathan Haas a concouru professionnellement pendant douze saisons avant de clore sa carrière sur route fin 2021. Au cours de cette période, il a obtenu des résultats considérables dans le cyclisme mondial, notamment en remportant le Tour of Britain. 

Mais maintenant, le regard de Haas est sur le gravel. 

Quelles sont les ambitions de l’Australien de 33 ans maintenant qu’il se consacre au monde du gravel ? Le moment est venu de le découvrir.

 

 

Quels sont vos engagements sur le gravel pour 2022 ?

Je participerai à la Coupe du Monde en Australie le 16 mai avant d’affronter l’Unbound Gravel, la Belgian Waffle Ride et la Gravel Adventure en Pologne (Coupe du Monde UCI) en juin. 

Puis c’est au tour de la Sa Costa Brava et The Rift en Islande en juillet, suivies de la Steamboat Gravel aux États-Unis, de la Gravel, Grit ’n Grind en Suède et de la Houffa Gravel en Belgique (Coupe du Monde UCI) en août. 

Je participerai à d’autres épreuves de Coupe du monde au cours du mois de septembre en Italie, aux Pays-Bas, en Espagne et aux États-Unis, avant le début des Championnats du monde en octobre.

 

 

Dans quelle mesure votre expérience d’entraînement et de cyclisme a-t-elle changé depuis que vous avez commencé à consacrer plus de temps au gravel ?

Le changement a été évident, mais le divertissement n’a jamais fait défaut. L’une des plus grandes différences a été l’entraînement pour certains des événements sur longue distance ; il suffit de penser que la course la plus longue pour laquelle je me suis entraîné dans le passé était le Milan-Sanremo. 

Maintenant, c’est une autre paire de manches. J’essaie de me concentrer sur les scénarios de course, comment gérer les ravitaillements, les crevaisons, etc. 

Le manque de soutien logistique nécessite une préparation mentale adéquate.

 

 

Pouvez-vous nous dire comment les composants Campagnolo vous sont bénéfiques lors de vos courses gravel ?

Eh bien, je suis vraiment fan du groupe Ekar, mais ce n’est pas une nouveauté. Sérieusement, c’est littéralement le meilleur. J’adore sa simplicité et son efficacité caractéristiques.

Le 1x a beaucoup plus de sens en tout-terrain, il offre une meilleure efficacité. Et maintenant, avec la gamme de 13 vitesses et le petit pignon de 9 dents, la gamme de rapports dont je dispose est incroyable. 

Sans oublier les freins : le système de freins à disque Campagnolo freine comme aucun autre.

 

 

Quel est votre parcours gravel préféré ?

Mon parcours gravel préféré ? Je ne pense pas l’avoir encore trouvé. Il est difficile de donner une réponse, car chaque pays se caractérise par des types de terrain différents et ses propres caractéristiques naturelles. 

J’adore pédaler dans les collines d’Adélaïde en Australie et les collines près de Sienne, me frayer un chemin le long de cols alpins imposants et traverser de vastes étendues désertiques. 

Un jour je pense que je pourrai répondre à cette question, mais pour le moment je suis content de découvrir un maximum.

 

 

Vous avez récemment publié la deuxième série du podcast Gravelog. Pouvez-vous dire quelque chose sur vos auditeurs potentiels ?

Partager mon expérience alors que je progresse dans cette discipline complètement nouvelle, en absorbant et apprenant tout ce que je peux, c’est exactement ce que je dois faire. 

Ma conversation avec Amy Charity de Steamboat Gravel a été fantastique : c’est le premier épisode de la deuxième saison et je pense que c’est mon préféré pour le moment.

 

 

Vous pédalez encore beaucoup sur route ?

Environ 50 % de mon entraînement se déroule sur la route. Beaucoup d’amis avec qui je m’entraîne là où je vis sont des cyclistes professionnels sur route, il n’est donc pas facile de les amener à faire du gravel avec moi. J’ai vraiment de la chance de pouvoir encore utiliser Campagnolo sur route. 

Au cours des deux dernières années, au niveau professionnel, j’ai concouru avec des composants Campagnolo et il aurait été difficile de passer à autre chose. On tombe amoureux de Campagnolo, point final. 

Sur mon Colnago V3RS, j’utilise le groupe complet Super Record EPS combiné avec les roues Shamal Campagnolo. C’est un vélo de rêve.

 

 

Quel est le souvenir de votre carrière sur la route auquel vous êtes le plus attaché ?

J’ai tellement de merveilleux souvenirs, du cyclisme et au-delà, mais je pense que le souvenir que je n’oublierai jamais est la victoire de la Japan Cup en 2014. 

C’était la fin de la saison, le Japon est l’un de mes endroits préférés au monde et j’étais en compagnie de très bons amis. Oui, ces amis étaient mes coéquipiers, mais que peut-on demander de mieux que Steele Von Hoff, Dan Martin et Phil Gaimon ? 

Je me souviendrai aussi toujours des jours après la compétition, du bar karaoké à Tokyo avec Phil, des fans spectaculaires que nous avons trouvés au Japon. Bref, presque dix ans se sont écoulés, mais il me semble que c’était hier. J’espère vraiment une Coupe du monde de gravel organisée au Japon l’année prochaine !

 

 

Enfin, pensez-vous que la nouvelle UCI World Gravel Series aura un impact sur le sport ?

C’est un sujet très débattu ! Il y a toujours des avantages et des inconvénients lorsqu’il s’agit de questions telles que le développement d’un sport, mais je suis pleinement convaincu que l’un des grands avantages de la série UCI est qu’elle rapproche une grande partie du reste du monde, en dehors des États-Unis, des compétitions de gravel de haut niveau. 

Quand j’ai décidé de passer au gravel, je me demandais si je passerais beaucoup plus de temps aux États-Unis. Mais ma famille est en Europe, et avec un enfant, il fallait être réaliste. 

Maintenant que la série UCI a des rendez-vous partout dans le monde, il y aura de plus en plus d’athlètes de tous les coins du globe avec lesquels il faudra compter.

 

 

Découvrez le groupe gravel Campagnolo Ekar et les nouvelles roues gravel Campagnolo Levante.

Ce site utilise des cookies pour vous offrir la meilleure navigation possible et à des fins de prospection commerciale et publicitaires. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour connaître notre politique en matière de cookie, cliquez ici.