Sélectionner la langue
  • Italiano
  • English
  • Deutsch
  • Español
  • Français
Le panier est vide
close

Les 5 plus belles ascensions d'Europe

17 août 2021
Les 5 plus belles ascensions d'Europe

Si vous faites du vélo sur route et que vous aimez voyager, ne manquez pas ces cinq ascensions légendaires.

On le sait. Les cyclistes adorent tester leur forme physique et leur résistance en montagne. Par chance, l'Europe regorge de beaux paysages qui inspirent, dans une mesure égale, peur et euphorie au cycliste qui les traverse.

Voici les ascensions les plus mémorables du continent.

 

COL DU STELVIO, ITALIE

 

 

Il s'agit probablement de la plus célèbre ascension d'Europe : plus de 24 km, pour une pente moyenne de 7,4 %.

C’est l’ascension qui a déterminé l’issue de nombreuses éditions du Tour d'Italie.

Des professionnels comme Ben O'Connor (AG2R Citroën Team) et Thomas de Gendt (Lotto-Soudal), qui utilisent Campagnolo, la bouclent en 75 à 85 minutes ; tandis que pour les amateurs, il faut compter deux ou trois heures. Le sommet culmine à 2 758 mètres.

Beaucoup y arrivent en empruntant la montée qui part de Prato allo Stelvio. D’ici, les premiers kilomètres sont relativement simples. Mais les choses se compliquent brusquement au premier des 48 lacets – tout à fait : ils sont bel et bien 48 ! Profitez de la première partie, car au cours des 17 derniers kilomètres, la pente moyenne ne descendra jamais en dessous de 7 %.

Heureusement, les vues incroyables sur les sommets alpins payent l'effort d'une telle ascension. Surtout lorsque les terribles lacets de pierre deviennent plus abrupts et mettent à rude épreuve les athlètes les mieux préparés. Les lacets deviennent par la suite plus larges et plus plats.

Continuez à respirer, à garder le rythme, à pousser. À l’issue de 1 817 m de dénivelé, vous atteindrez enfin le sommet.

Faites une pause et préparez-vous à une descente à tambour battant.

 

COL DU GALIBIER, FRANCE

 

 

Le Tourmalet, l'Alpe d'Huez, le Ventoux figurent parmi les plus célèbres ascensions du Tour de France. Des ascensions mémorables qui poussent tous ceux qui les affrontent à la limite.

Mais aucune n'est comparable au col du Galibier, culminant à 2 642 m d'altitude. Les principaux itinéraires pour grimper le Galibier se trouvent sur le versant sud, depuis Bourg d'Oisans ou Briançon, passant par le col du Lautaret (2 057 m). Mais vous pouvez aussi le gravir depuis le nord - le versant le plus difficile - en partant de Saint-Michel-de-Maurienne et en passant par le col du Télégraphe (1 566 m).

L’ascension du nord est celle qui est apparue le plus souvent sur le Tour de France et s’étend sur un peu moins de 35 km. Elle comprend également une descente de 4 km aux accents moqueurs. « Aux accents moqueurs » car elle fait partie de l’ascension : en effet, elle vous contraint à un ultérieur dénivelé de 165 mètres.

De la pure souffrance, mais ça en vaut la peine : Une fois atteint le sommet, vous n'oublierez jamais ce lieu. Vous découvrirez également pourquoi le fondateur du Tour, Henri Desgrange, comparera les autres cols à de la « vulgaire bibine ».

 

SA CALOBRA, MAJORQUE

 

 

Située au nord-est de l'île, Sa Calobra est l'ascension la plus célèbre de Majorque, mais néanmoins pas la plus haute. La plus élevée est en effet Puig Major, mais elle ne peut égaler la brutalité d'une ascension comme celle de Sa Calobra : près de 9,5 km, pour un dénivelé de 668 m, une pente moyenne de 7,1 %, avec des pics à 12 %.

Ne vous laissez pas duper par le premier kilomètre relativement modéré, car la route atteint rapidement une pente comprise entre 6 et 8 %. Les arbres de la partie initiale offrent un abri contre le soleil estival. Mais peu après, vous franchissez le pittoresque arc rocheux qui rappelle la couverture renversée d'un vieux livre et la route se fait soudainement plus étroite.

Après environ 5 km, la situation change radicalement : un amalgame de lacets et de lignes droites porte au sommet de l’ascension. Vous serez d'abord confronté à une pente moyenne de 7 à 8 %, avant les derniers kilomètres à 9-10 %.

Le lacet le plus fameux est à 270°, s’articulant sur une pente moyenne de 12 %. Le point culminant est le sommet du Coll dels Reis, avant la descente extrêmement abrupte vers la mer.

 

GROSSGLOCKNER, AUTRICHE

 

 

Une ascension incontournable, ainsi qu'un rendez-vous fixe sur l’itinéraire du Tour d'Autriche. Il tire son nom de la plus haute montagne d'Autriche, le Grossglockner, qui culmine à 3 798 m d'altitude. Fort heureusement, la route s'arrête bien avant d'atteindre le sommet.

Le dénivelé total sur route est de 2 556 m, sur une longueur de plus de 19 km pour une pente moyenne de 9 %. L'un des points forts du Grossglockner est la qualité de la chaussée : elle est très large, bien entretenue et dépourvue de nids-de-poule. La pente moyenne de 9 % est elle aussi assez constante. L’ascension atteint un pic de 12 %, mais seulement sur une courte distance.

Nous avons ici affaire à une suée de longue haleine à la vue de l'un des plus beaux panoramas au monde. Souvenez-vous simplement de ce qui suit dans les moments d'effort intense : vous économisez de l'argent.

Alors que l’ascension est gratuite pour les cyclistes, ce tronçon de route en voiture ne coûte pas moins de 35,5 euros.

 

MONT TEIDE, TÉNÉRIFE

 

 

C'est l'endroit le plus populaire pour les coureurs des Grands Tours, attirés par ses routes lisses, son éloignement, le climat favorable en hiver et le dénivelé. La route longeant le Teide atteint 2 300 m - tandis que le sommet culmine à 3 718 m.

C'est le cadre idéal pour l'entraînement en altitude, qui, comme vous le savez, améliore les performances sur route. Le mont Teide propose cinq itinéraires cyclables, dont deux du nord, deux du sud et un de l'ouest. Le plus populaire part de la localité sud-occidentale de Los Cristianos.

Il s'agit d'un parcours de 51,3 km, avec une pente moyenne de 5 % et des pics à 22,5 %. Si vous êtes en quête d’une journée en selle encore plus longue, nous vous recommandons d'atteindre le Teide en partant du nord-est. Ce parcours s’étend sur 63 km, avec des pics à 15 % et une pente moyenne de 4,3 %, légèrement inférieure à la précédente.

Cet itinéraire offre davantage de descente que les quatre autres options : un bon compromis entre l'effort et la détente.

 

Ce site utilise des cookies pour vous offrir la meilleure navigation possible et à des fins de prospection commerciale et publicitaires. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour connaître notre politique en matière de cookie, cliquez ici.